La plage des cochons

position le 7 avril : 24°11.19’N, 76°29.78’W
La plage des cochons, Big Major spot

La plage des cochons est un lieu d’attraction touristique incontournable des Exumas du Nord. Des cochons y vivent en liberté, nagent, et recoivent la visite de milliers de touristes. Cette très belle plage est située dans le fond d’une grande baie dont la partie Sud et Est se découpent dans le rivage de l’ïle Big Major Spot, une île assez haute sur l’eau, couronnée de verdure, tandis que la partie Nord et Ouest est constituée de nombreux îlots rocheux qui s’échelonnent jusqu’aux récifs et brisants du large. Des maisons de location ont été construites sur les îlots les plus proches. Le fond de sable est parfait pour y jeter l’ancre, et ce mouillage bien protégé des vents de secteur Nord, Est à Sud, est très peuplé. Loin de la plage, de gros yachts coiffés de toboggans gonflables, accompagnés de canots puissament motorisés et de ribambelles de jet ski et autres jouets flottants à trainer. Plus près d’autres yacht plus petits, des voiliers de tout poils, 
 tout près du rivage rocheux, côté nord ouest, des catamarans et dériveurs, la Laureline y trouve son bonheur dans moins de 2 m d’eau. Au milieu de tout ça circulent les annexes pour aller à la plage aux cochons, à la plage pour la promenade des chiens, ou celle du pique nique entre équipages. 
Surtout, les îlots du nord et de l’ouest offrent un terrain de jeu épatant pour les engins rapides qui y slaloment à grand renfort de vrombissements et de vagues, jimkana qui naturellement se prolonge presque sans ralentir entre les bateaux au mouillage. La danse du scalp en jet ski au dessus des raies semble être une habitude locale.
Le dinguy de la Leureline est resté suspendu à l’arrière du bateau, tant pis pour la visite des cochons. Une grande raie est venue se réfugier sous l’échelle de bains, avec ses poissons pilotes pour lui nettoyer les ouïes, pendant qu’en préparation de la traversée, sont gratés les barnacles qui s’accrochent à la coque. Un petit requin taupe est passé là aussi en rasant le fond.
A la tombée de la nuit, tout ce bruit et cette agitation se calment, les mouettes peuvent enfin s’exprimer un peu. La poussière d’îlots se découpe en noir sur la mer lissée qui reflète les couleurs orangées du couchant, offrant un spectacle sublime tandis que se taisent les derniers chants d’oiseaux. 

La route aujourd’hui enjambe la réserve naturelle « land and sea park », ou il est interdit de pêcher, ramasser des coquillages ou même de jeter l’ancre, il faut téléphoner et reserver à l’avance une place sur une bouée, guetter le signal radio qui indique ou est la bouée attribuée et quand…bref, trop de contraintes, pour au bout du compte se trouver au milieu d’une circulation dense. Une longue route s’ouvre donc devant l’étrave avant l’étape du soir au nord de l’archipel des Exumas. Sans vent ou presque, c’est le moment ou jamais de tester le tourmentin, toujours en préparation de la traversée. Une longue estrope permet de hisser le tourmentin sur l’étai larguable sans désendrailler la trinquette, une très bonne idée du voilier de Cherbourg: encore merci à Nicolas Yvon.

essai de tourmentin par beau temps
La longueur de l’Europe permet de greer le tourmentin en laissant en place la franquette pliée dans.son sac. Ça limite le nombre d’aller et retour à faire jusqu’à l’etrave quand les vagues balayent le pont. Bien vu!

4 réflexions sur « La plage des cochons »

  1. Un récit toujours précis, imagé. Un beau talent d’écriture. Tout pour satisfaire le lecteur-suiveur que je suis.
    Bonne continuation à tous. Bises à mes chers cousins.

    J'aime

    1. bonjour Denis! nous venons de toucher terre et de trouver du wifi, et donc d’avoir le plaisir de te lire… merci de tes nombreux commentaires, ils nous font très plaisir. Contente que tu aies enfin pu recevoir le vaccin Pfizer qui te donnera la possibilité de sortir un peu. Nous pensons très fort à toi et t’embrassons très affectueusement

      J'aime

      1. Merci. Si j’ai l’occasion m’est encore donnée de venir dans le Nord, j’aurai plaisir à vous revoir, boire un coup ensemble et bavasser. Ma fille Béatrice vient d’être embauchée par l’hôpital d’Armentières comme psychologue. J’ai un oncle (Jacques Sudant, ancien médecin) 3 ans de plus que moi qui est comme un demi-frère. Il habite Amiens. Il y a aussi bien d’autres membres de notre famille qui habite dans les environs de Lille. Aussi si la situation sanitaire et mon état de santé le permettent j’envisage de faire un dernier voyage pour dire « bonjour » aux uns et aux autres. Je vous embrasse fort.

        J'aime

      2. nous accueillerons avec grand plaisir ! gros bisous

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close