2 octobre – 9 novembre, Réveil du bateau

  • 2 octobre, Objectif Guatemala!

Bientôt le départ! L’équipage est maintenant constitué (suivre l’hyperlien pour plus de détails) et se lance dans les derniers préparatifs pour peaufiner le projet de voyage.

Depuis plusieurs mois, Manu rassemble les objets qu’il faudra emmener à Puerto Montt dans nos sacs de voyage. Pour la navigation : un ordinateur supplémentaire pour les routages par Predict Wind, une batterie de téléphone iridium de rechange, les cartes électroniques Max Sea,; le cruising guide Imray du Chili 3ème édition, celui du Guatemala, et le Pacific Cuising guide 3ème édition ; le barbotin et l’écubier pour le guindeau ; de quoi réparer la bôme qui a souffert des empannages ; des lattes neuves pour la trinquette ; pour le moteur Volvo : des rechanges de câble d’accélérateur et de débrayage, des impellers et des filtres, une pompe de rechange pour le circuit de refroidissement, des robinets à 3 voies pour modifier les circuits de gaz oil sous le plancher; pour le pilote automatique, une girouette de rechange et son câble de 30 m ; des passes coques de rechange ; pour le dessalinisateur : les kits d’entretien, le pot et son filtre 5microns ; une hélice 5 pales pour propulseur d’étrave ; des anodes du coupe orin ; un pistolet de graissage de l’hélice Max Prop ; une collection de rivets de toutes les tailles ; des cosses de batterie ; et, bien sûr, un raton laveur

inventaire

Toutes ces pièces sont accompagnées d’une facture spécifique adressée par chaque fournisseur au Capitan Manu, à son adresse au Chili, avec un « rancho de nave » en espagnol destiné à préciser aux douaniers la raison de cet inventaire à la Prévert dans nos bagages. Il s’agit de garantir la sécurité en mer d’un bateau en transit international devant leurs côtes (voir sur la page « projet et équoage »)

Apprentissage de l’espagnol pour Manu, avec leçons quotidiennes et cours particuliers, séquence vaccination contre la fièvre jaune pour ceux qui n’y étaient pas encore passés, prises de contact avec le référent OCC (Ocean Cruising Club) pour le canal de Panama, avec une agence de voyage au Guatemala, au Pérou et BirdsChile au Chili.

Il faut rassembler toutes informations sur les côtes, mal connues des voyagistes car les touristes recherchent plutôt les marques des civilisations pré-colombiennes et les Andes … les côtes du Pérou, très fréquentées par des pêcheurs, sont plus familières aux surfeurs qu’aux voiliers.

Il n’existe pas de « pilote côtier » (« cruising guide« ) pour tout le secteur depuis la frontière du Chili à celle de Panama! Pour commencer, une grande inconnue : les côtes du Pérou. Nous ignorons tout des formalités douanières de ce pays, même le consulat du Pérou à Paris semble surpris par la question.

carte du Pérou.gif

Il faut documenter à la main tous les recoins de rivage susceptibles d’abriter des bateaux contre la houle et vérifier les images satellites pour préparer notre « cruising guide« ; sur la carte, les bateaux oranges représentent les pêcheurs équipés d’AIS (Automatic Identification System), qu’il faut éviter de déranger, sachant que bon nombre des pêcheurs ne sont pas équipés d’AIS, sans parler des filets flottants ou il ne faut pas s’empêtrer …

  • 1er novembre, Bien arrivés à Puerto Montt

Je prends mon premier relais pour transmettre les nouvelles de nos aventuriers préférés 🙂

Bon dimanche,

Laureline

Hier on a eu des premières nouvelles, de Paris:

Bon on a réussi à faire entrer tous nos bagages sur les tapis roulant y compris, après négociations, le tube hors gabarit qui contient les lattes de la trinquette . A Santiago faudra recommencer en espagnol. ..😉

De Santiago:

Et hop! Nous voilà à Santiago après avoir passé la douane comme une fleur avec notre bric à bac nautique. Une pause bière buffet dans l’aéroport nos bagages embarqués dans le vol pour Puerto Montt. Grand soleil printanier dehors il est midi😃

  • 3 novembre, Puerto Montt:

Bien arrivés mais c’est dimanche. ..Personne à la marina pour nous donner le code wifi.

Rangement, bricolage et tentative de faire à manger sans avoir pu faire de courses…Tout va bien.

Dehors il faisait hier un temps de Bretagne au printemps . Aujourd’hui le vent du nord assez fort s’est frotté sur la cordillère enneigée avant de venir faire cliqueter les gréements des bateaux endormis sur le port à sec. Certains sont habités le temps de quelques travaux d’entretien avant de reprendre la mer….

De la part de Laureline, des nouvelles du raton laveur: elle veille sur le bateau avec moi, depuis son coussin:

  • 4 novembre, le réveil de la belle au bois dormant

Bonjour,

Ça y est on a du wifi, et donc de belles photos, et des nouvelles écrites par Helene.

Dans le conte de la belle au bois dormant il n est pas question d antifouling, ça devrait 🙂

Manu passe prendre le pain et une bière avant d’arriver à la marina. Il n’y a aucun magasin à proximité

Une rue de Puerto Montt avec un parc de jeux pour les enfants. Des chiens errants pacifiques traînent un peu partout

Le taxi nous dépose avec notre barda

Plusieurs bateaux sont occupés à quai par les propriétaires lancés dans des opérations de maintenance avant de retourner à l’eau. Pour la plupart des navigateurs, l’heure du départ sonne lors des derniers jours de novembre ou début décembre; il devient alors difficile d’obtenir une place au ponton

Dans les arbres au dessus de Parpar des ibis des andes jacassent en permanence. Tuut tuut pouet, sons flûtés sur une ou deux notes dans un pipeau métallique

Club nautique et vue sur la baie

Un vautour survole les quais

Le retour du soleil permet de poser la couche de primaire avant l’antifouling

Rendez vous est pris à marée haute mercredi matin pour le retour dans l’eau ce qui permettra de travailler sur le gréement et de grimper dans le mât

Pour remettre le bateau à l’eau il faut pouvoir remettre en route le moteur et ré – installer sur la colonne de barre l’ordinateur du système de navigation, démonté pour l’hivernage. Hier Marc a remplacé une bonne partie du circuit de gaz oil : 20 m de tuyaux ont été remplacés. Il fignole aujourd’hui en posant une nouvelle vanne 3 voies

Son idée est d’individualiser les 2 réservoirs 1 pour le moteur 1 pour le générateur. Le chauffage a le sien mais il peut se servir dans un autre.

Sachant qu’il sera possible pour le moteur de se servir dans l’un ou l’autre réservoir. Ce montage qui permet une gestion de chaque réservoirs n’avait pas encore été mis en place

Manu doit démonter la colonne de barre pour remplacer les diodes qui indiquent la position de la dérive, avant de rebrancher le navigateur furuno

  • 5 Novembre, rénovations et ripailles
  • Nouvelles de la part d Hélène:

Dernière vérification avant de la reposer dans l’eau : après avoir purgé les bulles d’air avec la pompe d’amorçage, réveillé le moteur, en actionnant la clé de contact tout en l’empêchant de démarrer en agissant sur le levier stop, afin de faire monter la pression d’huile, puis démarrer et le faire tourner doucement pour chasser les dernières bulles. Une fois dans l’eau au pieds du quai, elle devra rester manoeuvrante. Le moteur sera démarré au ralenti en maintenant le bateau jusqu’à obtenir un ronronnement régulier de Volvo en bonne santé

La réanimation se termine

Ça y est ! Elle se réveille! Elle sait où elle est et a même gardé le souvenir de sa trace dans l’eau!

Opération avitaillement pour Claude et moi tandis que la réanimation continue

Rue commerçante à Puerto Montt

Des fromages du miel des viandes fumées et un grand sourire en prime.

Nous avons acheté du saumon frais et un autre fumé. Au programme cette semaine : un congre Chilien (le poisson rose à gauche du panneau)

La boulangerie Los Angeles

Flaca (la maigrichone ) est intéressée par les spaghettis bolognaises

Les chiens « à tout le monde » ou Quiltors sont très doux et n’ont jamais connu la laisse. Il y en a 3 au club nautico. Celui-ci est Cabeson (Grosse Tête ). C’est l’ancêtre. Il y a plein d’autres quiltors en ville, très familiers au point de prendre le bus tout seul.

Le Capitaine de Parpar est descendu depuis Los Angeles en passant par l’île de Pâques. Il souhaite découvrir les canaux de Patagonie au moins jusqu’à Puerto Eden et il a donc fait l’acquisition d’un poêle à bois artisanal Chilien testé ce matin aux pieds de son bateau. Il se chauffera au bois flotté (drift wood)

  • Nouvelles de la part de Manu

Un berger allemand paisible garde le ponton

C’est Ramon qui applique l’antifooling que nous avons apporté de Lanzarotte

Marée basse

Club d aviron

Cygne à cou noir et mouette rieuse

Boulons pointus. Gare aux motards!

Ibis des Andes

2 ibis sont venus pique niquer dans la pelouse du club

  • 6 Novembre, mise à l eau

Moteur ! Le vieux travelift est là dès 8h pour installer le bateau dans ses sangles. Le capitaine reste à bord pour manoeuvrer la dérive qu’il faut descendre pour la peindre à l’antifouling

Aucun cri aucun aboiement. Les hommes et les Quiltors se comprennent sans un mot et toute la manoeuvre se fera en douceur

Ça y est le volvo ronronne. Le liquide réfrigérant d’hivernage se disperse dans l’eau

  • 7 novembre, on met les voiles

L’objectif du jour est de lui remettre ses voiles.

La garde robe du bateau a été conservée au sec par le voilier Daniel.

Les drisses ont passé l’hiver cachées dans le mât accrochées à des cordelettes à 3 sous en nylon qui ont subi les intempéries et les UV.

Les bosses de ris ont eu droit à un bon bain avec un adoucissant pour serviettes éponges

Manu est Claude sont allés récupérer la grand voile pour commencer et ses lattes (sabres en espagnol).

La voile est déroulée sur le ponton, clew à l’arrière et bas en haut et montée sur la bôme pli après pli, fixée aux coulisseaux après avoir installé au passage les lattes et passé les bosses de ris.

« Tu passes la bosse de ris sous le rouge à côté du jaune et tu fais 2 tours autour de la bôme et tu termines par un noeud de capucin étrangleur . Et nous voilà au gousset de latte. Attention à ne pas glisser la main dessus ça pique »

Et ça me rappelle la dernière fois où nous l’avions récupérée à Cherbourg gréée par l’accastilleur et où j’avais dû grimper sur la bôme pendant que nous naviguions pour refaire les passages des bosses de ris 1 et 2 …

😉

Le génois est arrivé sur le pont mais le vent a fraîchi

Il faut pouvoir dérouler complètement la voile pour la mettre sur l’enrouleur. ..Donc pas ce soir !

Manu est allé faire un tour en haut du mat avec un chiffon et une bombe de dégripant pour vérifier de haut en bas que les haubans ne relarguent pas de rouille qui viendrait du coeur de la structure. Quand la rouille sort sous l’action du dégrippant au niveau des sertissages, cela signifie que le hauban est sorti de la phase d’élongation élastique pour passer à la phase d’élongation plastique, qui est irréversible. La phase suivante est la rupture. ..

Normalement cette évolution peut durer plus de 10 ans. Ceux ci ont déjà vécu des moments difficiles mais le test a été passé sans problème. Encore bons pour le service !

Deux plongeurs sont sous les pontons pour les entretenir. Un compresseur assure le fonctionnement de leurs narguilés

Un gros canard blanc et un cygne a cou noir forme un couple inséparable , qui semble avoir élu domicile sur une petite plage de galets devant le Club Nautique

  • 8 novembre , Check des Haubans
note de Laureline: autant les infos que je transmets sont écrites par Hélène et Manu, ou par les équipiers, autant je me réserve la liberté des titres des news. Oiiioooio

  • Tarzan dans les haubans

De Helene:

Manu est allé faire un tour en haut du mat avec un chiffon et une bombe de dégrippant pour vérifier de haut en bas que les haubans ne relarguent pas de rouille qui viendrait du coeur de la structure.

Vidéo de Marc: Hélène n aime pas trop ça le coup du Tarzan:

https://youtu.be/g7w3fGftAsM

Quand la rouille sort sous l’action du dégrippant au niveau des sertissages, cela signifie que le hauban est sorti de la phase d’elongation élastique pour passer à la phase d’elongation plastique, qui est irréversible. La phase suivante est la rupture. ..

Normalement cette évolution peut durer plus de 10 ans. Ceux ci ont déjà vécu des moments difficiles mais le test à été passé sans problème. Encore bons pour le service !

  • technique secrète pour obtenir des infos maritimes introuvables

Échange de bons procédés : Christine et Yves sur L’OVNI Orionde nous ont donné des cruising guides des Caraïbes et de Panama, par ou ils sont entrés dans le Pacifique en 2017 après avoir passé 2 ans dans les Antilles. Ils reviennent des îles du Pacifique et projettent maintenant de descendre les canaux de Patagonie puis d’aller en Antarctique l’année suivante

Manu leur a offert 2 grandes aussières indispensables aux amarrages dans ces zones. Tout ça pour expliquer comment des bières Tahitiennes ont été savourées à Puerto Montt. ..

Manu prépare aussi pour Orionde une clé avec quantité d’informations précieuses. Gestion du dossier TAAF de demande d’autorisation et le SAS planètes, cartes russes des canaux de Patagonie et les plans de mouillage de l’Antarctique, qui ont le mérite d’être exactes mais restent introuvables dans le commerce. Le délicat dossier EPIE concernant la protection de l’environnement .

Tous les jours : corvée courses en bus . Un sac à dos et 2 cabas par tête. Progressivement nous remplissons les coffres et le frigo. En restant perplexe devant quantité de farines et de semoules dont nous ignorons l’usage . Pas toujours facile de savoir s’adapter

La voilà rhabillée, prête à prendre la mer.

Les bidons bleus contiennent chacun une aussière de 100 m destinées aux mouillages qui imposent de porter des amarres à terre : quasiment partout en Patagonie, et jusqu’à nos prochains mouillages dans la partie ouest du golfe de Ancud.

Les bidons jaunâtres servent à transporter du gaz oil quand.les.540 L de nos réservoirs risquent de ne pas suffir. Passage de pot au noir, évolution dans des endroits où le vent peut disparaître totalement comme en Antarctique

Ce matin , passage dans les bureaux de l’armada pour le zarpe : déclaration de nos intentions de déplacement jusqu’à la fin du mois

Plus nous étudions la question du Pérou et plus nous sommes amenés à faire une croix sur l’idée de s’arrêter sauf cas de force majeure. Aucun des équipages rencontrés à Puerto Montt n’a tenté autre chose que de faire un plein de gaz oil, tous les équipiers restant à bord. D’un point de vue des marins le seul intérêt des côtes du Pérou est le tapis roulant créé par le courant de Humbolt quand on monte vers le nord.

En principe nous n’aurons pas besoin de gaz oil dans ce sens là. Mais 5000 miles devraient quand même représenter une certaine consommation. Nous allons les remplir une dernière fois avant d’entamer cette remontée puis ils termineront leur carrière au Guatemala

Nous irons dans la partie est puis ouest du.golfe de Ancud (et non Corcovado) : le golfe de Corcovado commence au sud des îles situées devant Castro

Nous partons demain matin. Les gardes côtes souhaitent recevoir par e mail notre position en principe 2 fois par jour à 8h et 20h. Ça fait 12h et 24h heure française, ce seront les horaire auxquels on s écrira désormais.

Cela risque d être nos dernières photos avant longtemps, nos prochaines nouvelles arriveront par l iridium.

  • De la part de Manu:

Un gros canard blanc et un cygne a coup noir fome un couple très uni, qui semble avoir élu domicile sur une petite plage de galets devant le Club Nautique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close