De Jacaré à Mar del Plata

2 décembre : dernier jour à Mar del Plata

La journée a été en grande partie consacrée aux formalités d’avant le départ ; très pointilleux sur la sureté en mer, les douaniers sont venus vérifier méticuleusement les équipements : date de péremption des réserves de gaz des gilets de sauvetage, présence d’un sextant à bord…

sextant

Ils n’ont pas eu du tout le temps de faire du tourisme, se concentrant principalement sur les échanges avec la maréchaussée locale, et une heureuse rencontre avec le responsable du club nautique de Mar del Plata.

Un dernier regard sur la marina, quelques échanges avec les autres équipages, « une photo du dernier bateau  ayant appartenu à Vito Dumas, le grand navigateur Argentin qui a fait, sur un bateau comme celui là, un peu plus petit !!! Le premier tour du monde à la voile par les trois caps en solitaire !!! » (Daniel Opéra)

photos Daniel Opéra

Et demain départ vers 14 heures, heure locale, vers le Sud, toujours

L’équipage italien de Zoomax anime un groupe whatsapp d’une quinzaine de voiliers en train de descendre vers le Grand Sud  pour la saison en cours : italiens, suisses, croates, une seul français…

27 novembre : arrivée à Mar del Plata!

dans le port et la marina, des lions de mer se prélassent

 

contrôle anti drogue dès l’arrivée

controle anti drogue.jpeg

17 heures UTC: Marine Traffic signale l’arrivéede la Laureline dans le port de Mar del Plata

16 heures UTC : « arrivée dans 6 miles ! position : 37°57′ S, 57°27′ W, 1024 hPa, vent 8 kt N, cap 229°, GV 1R et moteur, Mar del Plata en vue » (photo : Daniel Opéra)

arrivee mar del plata

26 novembre Emmanuel et le comité  de lecture : premiers Albatros et Pétrel Negro

position  à 15 h UTC : 36°26′ S, 55°39′ W,

12 albatros

« 1024 hPa, vent 8 kt N, mer belle, GV 1 ris et moteur, cap 230°. Après nous avoir renvoyés, comme par une pichenette, jusqu’aux côtes de l’Uruguay, nous faisant perdre tout le terrain gagné sur le vent en louvoyant, Éole est parti se reposer. 

albatros royal au décollage

Aujourd’hui c’est bonace et grand ciel bleu, nous regagnons le chemin perdu, au moteur et voiles pendantes, l’arrivée à Mar del Plata s’en trouve retardée à demain, mardi 27

22 petrel

Pétrel negro au décollage

 

Le soleil levant sur le Rio de la Plata a été animé par le bonjour de nos premiers Albatros: l’albatros royal du sud, reconnaissable sans équivoque à son immense envergure, son vol planant majestueux et ses virages sur l’aile au ras de la vague sans la toucher.

Et celui des pétrels, ici le pétrel négro, trapu, barbichette blanche, bout des ailes grisé, grande envergure, reconnaissable à son désalinisateur au dessus de son puissant bec jaune, qui lui permet de s’hydrater longtemps en haute mer.

Petrel négro dans les vagues

le vent est encore à 35 noeuds quand apparaissent les premiers albatros, rasant les déferlantes de leurs grandes ailes sans jamais les toucher

Il s’agit d’oiseaux pélagiques, qui vivent en permanence en hautes mer, sauf lors de la période nuptiale et pendant la nidification, les variétés sont nombreuses, les juvéniles, mâles et femelles sont compliqués à reconnaître, Morgane, on aura besoin de ton aide pour la légende des photos ! »

25 novembre : Emmanuel   La queue du diable

position le 25 nov à 12h UTC: 35°23,’ S, 53°49′ W,

« 1012 hPa, vent 35 kt SSW, cap 300°, GV au bas ris et trinquette.

Quelqu’un a dû marcher sur la queue du diable, une tempête force 10 lève des vents de face, comme pour nous empêcher de gagner l’Argentine. Avertie par Marcel Oliver, La Laureline a dû louvoyer la nuit durant en courant une longue bordée qui l’entraîne à l’ouest vers l’Uruguay.

Daniel prépare la trinquette en vue du coup de vent de 24 heures qui s’annonce

DANIEL & trinquette.jpeg

Nous espérons virer de bord en fin de journée. Par voie de conséquence, notre arrivée à Mar del Plata est décalée de 24h.

Dans le bateau, la cabine avant est tellement secouée qu’il est impossible d’y dormir*. Il s’en suit un jeu de chaise musicale avec rotation entre la cabine arrière et le carré selon les quarts. Aujourd’hui le déjeuner sera servi dans des bols, à la mode chinoise, pour raccourcir au maximum le trajet des petits pois jusqu’au gosier. »

*ndlr  : c’est vrai que dès que ça cogne au près , sans moyen de se sangler dans la couchette, on a l’impression de dormir dans un jokari ; et ce sans même attendre le force 10!

conditions de vents selon Windguru ce dimanche 25 à 6 heures UTC et position du bateau

25 11

 

24 novembre : Anaïs  Intendance, rhum cubain et visibilité réduite

position le 24 novembre à 11h UTC : 35°16′ S, 51°16′ W,

« 1012 hPa, vent 8 kt, SSE, cap 245°, mer peu agitée, visibilité réduite à 300 m au lever du jour.

Hier soir, pendant le dîner une longue discussion avec pour thème l’alcoolisme est au centre des échanges. Pour clore le sujet, à la nouvelle prise de quart, on ouvre notre bouteille toute neuve de Bacardi, rhum cubain de bonne facture. Ce matin, même pas
mal au crâne… Il faut dire qu’on a bu avec modération.

Petite inspection des équipets : l’avitaillement est à marée basse. En légumes, nous n’avons plus que des oignons. Du coup, au déjeuner, on ouvrira exceptionnellement des boîtes : coeurs de palmiers, sardines et petits pois. Cet après-midi, on fera cuire du pain.

On espère bientôt toucher de nouveau du vent ce qui devrait nous mener à Mar del Plata dans deux jours. »

23 novembre : Emmanuel   Tangon et yankee

position  à 12 h UTC : 33°52′ S, 48° 57′ W,

« 1018 hPa, vent nul, GV haute et moteur, mer peu agitée. A hauteur de l’Uruguay, nous traversons une zone de calme qui va s’éterniser toute la journée.

atelier manilles textiles

manilles textiles

Nous devrions toucher à partir de demain un vent de travers qui nous conduira à Mar del Plata en Argentine, où nous devrions arriver dans la journée de lundi.

Hier toute la journée le vent de NE nous a permis de descendre vers le sud au grand largue à bonne vitesse. Nous sommes obligés cependant de garder un petit angle (30°) par rapport au vent arrière de façon à ménager le vit de mulet, la bôme et les voiles qui souffrent couinent et gémissent dans les mouvements de houle lorsqu’ils leur manquent l’appui du vent.

A 20 heures il était temps d’empanner direction Mar del Plata, c’est à dire de mettre le vent au petit angle de 30° tribord amure au lieu de bâbord amure. Afin de garder la voilure en bonne place malgré la houle, il a fallu tangonner le Yankee. Opération délicate à bien coordonner entre le barreur, l’équipier au piano, et les deux hommes sur le gaillard d’avant. Comme dans un ballet ce fut réalisé rondement. Et nous voilà repartis avec le bon angle vers l’Argentine. »

position le 23 à midi UTC sur une carte des vents : vent arrière faiblissant et donc tangon ; demain nouveau changement brutal avec un vent qui tourne de 90° et monte en puissance sur l’embouchure du Rio de la Plata

23 11.jpg

 

22 novembre : Emmanuel    Des milles et des lignes

position le 22 nov à 10h00 UTC : 31°46′ S, 47°59′ W,

« 1021 hPa, vent NE entre 25 et 30 kt, mer agitée à forte, cap au 195° au grand largue, GV 2 ris, Yankee 3 barres.

Entre deux bastons, le bateau dévore les milles, et l’équipage des lignes : Manu toujours absorbé par Compte-Sponville, « Du tragique au matérialisme » (et retour), Daniel Opéra par TolstoÎ « La guerre et la paix », Anaïs par Francisco Coloane « Le sillage de la baleine », et Daniel J par la rédaction de son roman, sa vie, son œuvre. »

21 novembre : Emmanuel  A l’ouest de l’anticyclone de Sainte Hélène

Position le  à 10h30 UTC : 28°51’S, 47°20’W.

« 1024 hPa, cap 224°, vent NE 15 kt. mer peu agitée, GV haute et Yankee, au portant à l’ouest de l’anticyclone de Sainte Hélène »

21 11

20 novembre : Emmanuel   Légère brise et pantalon

position  à 12h UTC: 27° 25′ S, 45° 29′ W, 1025 hPa, légère brise, mer belle + vaguelettes.

« Hier la traversée du grand frais a duré huit heures environ, nous avons renvoyé les ris vers 18 h. La température a sérieusement diminué la nuit, nous avons sorti les pantalons et vestes de quart.

Nous sommes à hauteur de l’île Santa Catarina (Brésil), nous nous rapprochons de la côte, afin d’aller chercher les vents portants qui s’étendent jusqu’au Rio del Plata.« 

19 novembre : Emmanuel   Grand frais…

position le 19 à 11h UTC : 26°28′ S, 43°16′ W, 1015 hPa,

« vent 34kt SW, rafales 38 kt, mer grosse, averses, cap 260° sous trinquette et GV au bas ris. Le vent a progressivement changé d’orientation pendant la nuit, puis a molli jusque 8 kt. Les 38 kt sont arrivés brutalement en l’espace de quelques minutes.

Les prévisions envoyées Marcel Oliver via l’Iridium nous ont permis d’anticiper et de nous préparer dès hier soir: l’étai largable sur lequel est endraillé la trinquette a été fixé sur sa cadenne à l’avant par le ridoir pélican, et le point d’amure fixé sur la même cadenne, la drisse prête, et les écoutes à poste.

Quand le vent monte, Il ne reste plus qu’à enrouler le Yankee, hisser la trinquette, et simultanément depuis le cockpit étarquer la bastaque au vent (afin de soulager la tête de mât) et border l’écoute. Nous espérons progresser vers le SW avec ce temps là, afin de trouver une mer plus calme ce soir ou cette nuit. »

marcel-oliver1.jpg

*Prévisions météo de dimanche à 7h47 bien reçues dimanche à 11h (Envoyées par Marcel)
FORECAST VALID FM 18 NOV AT 0000 TO 19 NOV AT 0000 : AREA ALFA WIND NE/NW BACK W/SW 7/8 WITH GUSTS. WAVES SE/NE 1.5/2.5 NEAR THE COAST AND NE/NW 3.0/5.0 BECMG SW/S 2.5/4.5 ELSE. VIS MOD/POOR DURING SHWRS. OCNL HVY SHWRS AND ISOL THUNDERSTORMS.

dessin  Hélène

vents à 15 heures UTC : une zone fortement conflictuelle!

position 19 11.jpg

 

18 novembre : Emmanuel   vent frais…

« position à 14h UTC : 24° 53′ S, 42°34′ W, 1018 hPa, vent E 28kt avec rafales, mer forte, houle NE, cap au 210, GV 3 ris et Yankee enroulé de moitié, bateau rapide entre 9 et 12 kt, et surfs enregistrés à 15.4 kt. Nous allons empanner vers 18h UTC direction SW, et réduire encore la toile, car nous pensons que le vent va forcir cette nuit, dans le mauvais sens: de face, nous allons le contourner par l’ouest.

Passé le front nous devrions retrouver des vents portants plus raisonnables à partir de demain. »

17 novembre : Emmanuel . Et c’est reparti!

position à 16h30 UTC: 22°56S, 43°06W, Marina de Charitas, 1018 hPa
« Nous commençons plein sud vent de travers, de façon à faire un peu d’ouest lors des vents contraires, ce qui nous amènera ensuite à longer la côte du Brésil puis de l’Uruguay, avant de traverser le Rio del Plata, si la météo le permet. Solutions de repli à Itajaï (Brésil) Montevideo (Uruguay) et Buenos Aires (Argentine), mais ce n’est pas notre route.

le départ de Charitas (photos Daniel Opéra)

Nous sommes restés 3 jours à Rio pour différents petits travaux et un peu de tourisme. Nous nous apprêtons à partir dans une heure en direction de Mar del plata, Argentine, ETA vers le 25 novembre.« 

petits travaux :

La sous barbe (photos Daniel Opéra)

 

Daniel Opéra : « Manu et Daniel J ont trouvé à Jucuruba un bout de 10m pour réparer la sous-barbe complètement usée et menaçant de casser. Petite note technique à l’intention du blog : la sous-barbe, est un palan qui relie la cadène d’étrave au bout dehors et sert à compenser la force exercée par le Spi ou le Gennaker qui sont fixés sur ce bout dehors en avant de l’étai. »

bref , ndlr : on parle de la ficelle verte….

Emmanuel « Le ragage du yankee sur le balcon a fait souffrir la bande anti UV. Va falloir recoudre ! »

réparation du yankee (photos Emmanuel)

 

 

16 novembre  : le best of des photos de Daniel Opera

Rencontre avec des aigrettes à la marina

50 aigrettes51 aigrettes52 aigrettes

 

 

Les deux Daniel sont retournés le matin à Jurucuba ou l’appareil photo de Daniel « Opera » n’a pas chômé

 

 

 

 

… puis promenade au pain de sucre et aperçu de Copacabana sous un ciel gris

 

 

 

 

 

 

 

 

59 copacabana

16 novembre  : le best of des photos d’Emmanuel

Igreja de saï Francisco de Penitencia, construite en 1622. Un joyau du baroque Brésilien.

 

 

 

 

Bibloteca Nacional style néoclassique : 10 millions de documents et livres rares

76 bibliothèque

77 superheros

Sur la plage, les vautours gardent les buts

78 vautours

15 novembre : tous photographes!

pêcheurs aux pieds de la ville

40 jucuruba

Port de pêche de Jucuruba dans la baie de Rio, à un quart d’heure de marche de Charitas où nous sommes amarrés : la réparation des filets

49 filets de peche.jpeg

 

 

 

 

48 bateaux de peche

46 aigrette.jpeg

jucuruba.jpeg

pécheurs dans la baie de Rio

38 pecheurs.jpeg

Collection de frégates

 

 

 

 

Le Corcovado et les habitations

41 christ redempteur

29 corcovado antennes31 corcovado avio33 corcovado43 remorqueur

14 novembre, Emmanuel : une arrivée émouvante à Rio

petit matin à l’approche de Rio, et on aperçoit le Pain de sucre!

26 petit matin a Rio.jpeg

19 pain de sucre

 

 

 

 

Tout près de l’étrave, des dauphins nous escortent à l’arrivée

 

 

 

 

 

 

 

 

13 novembre, Emmanuel : Slalom entre plate formes off shore en tout genre

« Position le 13 novembre à 14h UTC: 22° 56′ S, 41° 08′ W, 1021 hPa,  vent NE 14kt NE, cap au 305°, GV haute et Yankee en entier. Nous devrions arriver à Rio de Janeiro, marina Charitas, demain vers 10h UTC.

Hier après-midi, c’était le concours de voile d’avant : Gennaker puis spi, puis re-gennaker, et comme le vent s’est mis à monter, retour au Yankee + GV haute au largue à des vitesses grisantes entre 11 et 13 kt sur l’eau, 8 à 10 sur le fond.

Toute la nuit, nous avons slalomé entre les plates formes de pétroles, les unes sont énormes, des villes flottantes hyper éclairées installées sur des fonds de plus de 1000 mètres.

ça ressemble à une barge de pétrole à l’approche de Rio, mais ça bouge! pour éviter la collision prévue par le calculateur de bord, Laureline a du empanner

14 barge a rio16 route de collision

D’autres, surprise pour le barreur, se déplacent à une vitesse non négligeable de 11 kt. Après empannage pour laisser la place au monstre, on se met d’accord par VHF sur la « course and speed » qu’il parait logique d’adopter. »

Mastodonte très aimable à la VHF, mais mieux vaut s’écarter

17 mastodonte.jpeg

A l’approche de Rio de Janeiro13 11.jpg

12 novembre Anaïs : Couture en haute mer et bombance dominicale

Position à 14h UTC : 021°16.148 S 039°01.497 W hPa 1020 Vent d’Est de 9 Kt Cap au 229°

« Hier, dimanche, après le spleen matinal, on passe de nouveau à l’action. Emmanuel enfile un maillot de bain et passe sur la jupe arrière pour extirper le fil à pêche du safran bâbord. Sois dis entre nous, il a peur que les poissons se vengent en venant lui mordre les fesses….Tout se passe bien. Opération terminée en moins de deux.

Une corifène facétieuse à entortillé la ligne dans le safran. Un petit bain s’impose

 

 

 

 

Notre Yankee (voile d’avant souvent appelée Génois) présente une usure anormale sur la bande UV. Elle frotte (en terme marin, on dit qu’elle rague) sur la filière. On décide de le protéger en disposant des morceaux de cuir souples sur la jonction filière-balcon. On démonte ceux de l’arrière pour les coudre à l’avant. La mer plutôt plate se prête bien à cette séquence de couture, pieds ballants et dé au doigt. C’était en guise d’apéro pour le côté tribord.

 

 

 

 

 

 

 

 

Daniel J. nous régale d’un bon plat de tagliatelles aux légumes au déjeuner. Nouvelle séance de couture pour le côté babord. Un peu de repos bien mérité… Petite séquence de matelotage : manille textile et nœud de chaise d’une seule main.

Le dîner préparé par Daniel Opéra est excellent : risotto aux shitake (champignons japonais) puis ananas frais au rhum et à la crème de coco. Il a ouvert pour la cuisson de son plat un bon sauvignon chilien. On s’empressera de liquider la bouteille pendant le repas. Nuit sans histoires avec quelques bateaux qu’il convient de repérer car ils n’ont pas d’AIS ( Automatic Identification System) donc on ne les voit pas à l’écran et de toute façon, notre antenne de secours a une portée limitée. Ce matin, lundi, le vent monte assez pour envoyer le gennaker. On peut enfin couper le moteur. »

11 novembre, Anaïs:  matin chagrin

position le 11 nov à 11 h 30 UTC: 18° 55′ S, 37° 41’W, 1018 hPa, vent 12 kt ESE, mer peu agitée, temps couvert, rafales 20 kt sous averses.

« Lors de la prise de quart, je constate que Manu est perplexe, mine déconfite de mise : à ses pieds un méli-mélo de fil de pêche…Il faut se rendre à l’évidence: il va falloir user de la pince coupante. Le fil s’est probablement pris dans le safran babord. Inutile de préciser que ce n’est pas aujourd’hui qu’on aura du poisson au menu : le bas de ligne a disparu avec son pimpant rapala . Dommage !

Il tombe des cordes. On profite de l’absence de vent pour étarquer la grand voile qui a du mou au guindant. Et pour l’heure, un bonheur n’arrivant jamais seul : on vient de changer de clavier (on a repris l’ancien qui est particulièrement capricieux) donc la moindre ligne demande de la patience… « 

10 novembre, Emmanuel 

« Position à 16 h 30 UTC: 17° 05′ S, 36° 54′ W, 1018 hPa. vent 10 kt E, mer peu agitée, GV haute et gennaker.
Pour le moment, nous maintenons la route au 220°, nous abordons le secteur DELTA en soirée, que nous pensons pouvoir traverser en réduisant la voilure. »

Pêche au filet loin des côtes

 

 

 

 

 

 

 

 

9 novembre , Emmanuel  réfléchit sur la route et la météo

« Position le 9 nov à 11 h 30 TC : 13° 56′ S, 36° 08 ‘ W, 1021 hPa, vent 14 kt ESE. Travers GV 2 ris + génois entier. Nous suivons de près le « NEAR GALE »* de la région Delta que nous aborderons d’ici 36 heures environ. Solution de repli à Caravelo si besoin. »

Pendant ce temps Anaïs , réfléchit sur quelques uns des petits plaisirs à bord :
« – Sentir la bonne odeur des ananas alors que êtes à la barre en pleine mer.
– Déguster une mangue de bon matin face au soleil levant.
– Rêvasser face à une mer agitée, le bateau à la gîte, certes, mais bien campé sur sa trajectoire.
– S’imaginer préparant une belle prise du bout de la ligne qui bousculera le menu prévu au déjeuner.
– Lire la météo préparée par Marcel Oliver et reçue via l’iridium avec tous ces noms qui chantent : Charlie, Delta, Echo, Foxtrot…
– Admirer le joli bleu du ciel avec ses nappes de cirrocumulus même si, souvent, il annonce un prochain front perturbé. »

NDLR  :  traduction de « near gale »  :  » vent de force 7 sur l’échelle de Beaufort (28–33 knots ou 51–62 km/h) ».

en image selon la carte des vents du jour  earth null school : ça bastonne devant en tournant autour d’un anticyclone dont l’œil est bien visible

9 11.jpg

8 novembre Emmanuel : nuit musclée

« position  à 17 h 30 UTC : 11°49′ s, 35°40′ W, 1018 hPa. vent mollissant 13 kt ESE.

Cette nuit c’était 20 kt et jusqu’à à 28 kt sous orage. 405 milles parcourus en 48 h depuis le départ de Jacaré. Mer agitée à forte. Pas de répit pour le barreur, bateau rapide et fort secoué, pas facile de trouver le sommeil entre les quarts. »

position du bateau, du départ et de l’arrivée, sur une carte des vents tirée de earthnullschool ce soir du 8 novembre 20188 11.jpg

7 novembre Emmanuel : Slalom de nuit entre les fermes marines

« position à 17 h UTC: 9° 04′ S, 35° 02 W, 1017 hPa, vent SE 18 kt près bon plein, GV 1 ris + Yankee. »

 » Francis, le patron de la marina de Jacaré, nous avait recommandé de s’écarter de 80 milles de la côte avant de descendre plein sud, nous aurions du l’écouter. Nous avons choisi de suivre au plus court la ligne des 20 m (profondeur) située à 7 à 8 milles de la côte. Cette route est en fait encombrée de fermes marines balisées par des installations tantôt éclairées tantôt éteintes, ce qui nous a obligés à manœuvrer sans cesse sans bien voir.

1 : Photo de l’écran de contrôle : slalom entre les cargos devant le port de Recife,

2 : Passager de la nuit : rencontre d’une frégate et d’un OVNI

1devant recife4 fregate dans la nuit

Au petit matin le jour s’est levé sur la mégapole de Récife, dont les gratte-ciels s’étendent le long de la plage sur plusieurs km.

Un peu plus loin nouveau slalom au milieu d’une armada de cargos petits et gros, colorés rouge et blanc et de porte container surchargés en hauteur, qui rejoignent ou quittent le port hérissé de grues gigantesques, ou parfois restent à l’ancre au large en attente d’un chargement. Un beau spectacle, et une activité intense. »

23 recife24 devant Recife.jpeg3 grues a recife

6 novembre Emmanuel : le départ

Position le 6 à 19 h 30 UTC: 6° 56 S, 34° 47 W, vent 18 kt SE, 1015 hPa.
« Nous avons quitté le ponton de Jacaré à 17 h 45 UTC, direction plein sud. Prochaine étape : Rio de Janeiro marina Charitas, ETA 15 novembre.  2 souris vertes

On dirait des souris vertes, curieux, nous avons voulu goûter : ça a le goût de concombre !

22 jacare pecheurs.jpeg

pêcheurs à Jacaré

Nous avons installé l’antenne de secours sur le portique, elle est située à 3 m de haut au lieu des 20 m en tête de mât, ce qui limite la portée de l’AIS à 3 ou 4 Milles au lieu de 20 à 25. Didier L.* essaye de nous procurer la même, qu’il donnera à Pierre-Michel. »

*Didier L. est l’homme qui sait parler à l’oreille des bateaux ; c’est déjà lui qui avait remonté  l’anémomètre. La tête de mat de la Laureline, on peut dire qu’il la connait!

Le trajet parcouru et à parcourir jusque Mar del Plata est représenté ci dessous sur la carte earthnullschool du 7 novembre : approche du Tropique du Capricorne en arrivant à Rio, puis descente jusqu’à une latitude de 38° dans le Sud, à raser les « 40èmes rugissants »… auxquels ils iront se frotter ensuite. Pour le moment, les vents rugissants sont plutôt en haut du graphique, dans l’Atlantique Nord et devant nos côtes, à secouer durement les participants de la route du rhum dans le golfe de Gascogne ou à l’est des Açores.

trajet jjusque Mar del Plata.png

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close