20 novembre, Castro, Les églises et l’hôtel de la Licorne.

A la place des 20 noeuds annoncés, la route entre Quehui et Castro a été parcourue au près serré en tirant des bords sous 30 kts, rafales à 35, aisément par mer plate par la vaillante Laureline qui en a vu d’autres.
Pour l’anecdote, le capitaine du port de Quehui nous avait confirmé beau temps et souhaité bonne route, sans doute influencé par la même source météo, tandis que les pêcheurs amarrés à coté de nous, si familiers des conditions locales, nous avaient prévenu que le temps se gâtait, sans doute par effet de site lié à la canalisation des vents entre les îles et aux gros nuages orageux.
EG

En prévision des vents portants le long du Pérou, une poulie de moufflage à été installée ce matin en tête de mât. La poulie de moufflage , c’est le joli objet en inox qui multiplie par deux la force de traction pour étarquer la drisse de spi. Les réglages seront encore meilleurs.

De parte del Capitan del velero LAURELINE Emmanuel Gras
Miercoles 19 de Noviembre a las diez de la mañana
Posicion : 42°28′ S, 73°45′ W Castro
Rumbo : 260°
Velocidad : O kt, echa ancras
Destino : Delcahue
ETA : Puerto Montt el 25 de Noviembre 2019 a las 20:00 Hrs
Cordialmente
Emmanuel Gras, capitan de Laureline



note de Laureline: il doit y avoir un décalage entre leur gps et celui de Google, ou alors ils se sont sérieusement échoués..,

Ce petit diable est sans doute une représentation du Trauco. C’est le Brujo (troll) de Quicavi de la commune de Quemchi, village natal de Francisco Coloane. Il est le père de tous les enfants naturels, ça arrivait dans ce pays où les hommes passent beaucoup de temps en mer

 

La rue à escalader vite fait en cas de tsunami:

_________________________________________________

Le travail du bois est dans la culture des Chiloe ; qu’il s’agisse de construire des bateaux ou des maisons. L’intérieur de l’église de Castro est une magnifique illustration de ce savoir faire.

Dans le coin à gauche de la photo e Jesus en robe violette est promené en ville avec sa croix lors de la procession de Pâques

(Petite aide à ceux qui comme moi ne l’ont pas vu tout de suite:)

« e Jesus  » garde le type européen et tant pis si a priori il était moyen oriental. Mais la vierge est une jolie brune.

A Gravelines, du temps où les chalutiers étaient en bois, ils avaient droit à un cimetière à bateaux dans un coin de port, et on pouvait aller leur rendre hommage sur leur dernier mouillage. Ici cet amour du bateau est resté vivace. Ils ont même droit de mourir droits dans leurs bottes au milieu du port, sur le seul endroit où il est possible de laisser une annexe

L’hôtel de la Licorne (unicornio ) à sans doute été pensé pour les petites filles. Il est merveilleux aussi la nuit quand la structure fragile en abside de toutes ses fenêtres s’illumine de l’intérieur

Sous les araucaria du presbytère 2 jeunes ibis réclament leur déjeuner à leur mère en faisant un bruit de crécelle. Imperturbable elle leur montre comment picorer la pelouse pour trouver tout seuls leurs vers de terre. Au moins, ça aere le gazon…

A la terrasse d’un restaurant nous savourons un asado d’agneau et le bruit des camions qui redémarrent au feu rouge. Même le tuut tuut pouet des ibis n’arrive plus à se faire entendre…bientôt la Laureline reprendra sa route routes voiles dehors. Le vent a tourné au sud et donc l’idée est de l’habiller avec son spi…

Ps: Aujourd’hui, c’est un remplacement temporaire de style littéraire, c’est le petit fils de treize ans qui s’occupe de cette page du blog, ou plutôt d’organiser les textes, les photos du blog, et bien sûr, les titres!(pas d’inquiétude, j’ai de bonnes notes! 😁)

signé Armand

Castro est une grande ville où se traduit nettement la culture Chilote, tout particulièrement le travail du bois : maisons sur pilotis, façades couvertes de bois d’alerce (ou de métal peint), bateaux, eglise entièrement en bois, et bien sûr les bateaux, auxquels on accorde dans le port un coin pour mourir. Donnant sur la grande rue qui monte vers le coeur de la ville, le bar la Cueva de Quicavi, célèbre indirectement Coloane et ce démon de légende qu’est le Trauco, évoqué dans ses romans.

Car il y a aussi dans cette ville toute une frange d’intellectuels qui manifestent pacifiquement devant l’église à double clocher, et portent le message de révolte. Contre la constitution de Pinochet et les autorités en place, qu’il s’agisse du président ou des députés. Ils veulent contribuer directement à instaurer une nouvelle constitution écrite par le peuple…. démocratie directe, air connu, qui nous a d’ailleurs été expliqué par un français qui vit là bas dans les milieux d’artistes.

ce portrait de president a ete utilise lors de certaines manifestations a Santiago. Son affichage en vitrine a pour vocation d’interpeller les visiteurs etrangers

8d99e09e-9cd2-48f9-a872-7a2625b9e4c4

 

 

La suite ici 10 -x novembre: Golfe d Ancud

1 réflexion sur « 20 novembre, Castro, Les églises et l’hôtel de la Licorne. »

  1. Salut les amis, si je me souviens bien, le gnome ou petit diable qui fait des enfants aux femmes restées seule pendant que le mari est en mer s’appelle le « Trauco »… Il a sans doute tout un tas de noms différents suivant l’île ou le lieu.
    Amitiés.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close