Avis de grand frais

Avis de grand frais jusque dimanche. La Laureline est solidement ancrée sur fond de sable sagement abritée du Nordet par une pette colline: Position: 23°30.50’N 75°44.45’W

Une rangée de lourds nuages gris et mauves barrant tout l’horizon est arrivée du Nord dans la matinée, et tous les bateaux sont allés rejoindre devant les collines ceux qui y étaient dèjà. Vers 11H15, le vent soufflait mollement du Sud. A 11h20, il est passé au Nord, 11H25 il avait atteint 22 noeuds, puis il a continué de monter jusqu’à la nuit. Tous à l’unisson, les bateaux se sont retournés pour suivre le vent. Un petit village de coques et de mats est installé là, tout le monde reste à bord. C’est le moment de sortir les bouquins, les vidéos, le scrabble, la levure et la farine, les ciseaux du coiffeur. C’est Serge qui m’a coupé les cheveux en arrivant à Cuba, il faut lui rendre la pareille, j’ai déjà coupé les boucles de Manu. Claude s’est débrouillé tout seul, une boucle par-ci une boucle par là, le résultat obtenu est très correct.

Les conditions d’accueil aux Bermudes font réfléchir. Il faut faire un test PCR à Nassau (120 dollars le test + le prix de la marina), faire une demande par internet 5 jours avant de partir, attendre l’autorisation, mais comme les marins arrivent forcément plus de 5 jours après le test, ils doivent porter un bracelet electronique facturé 550 dollars, auxquels s’additionnent les frais pour couvrir les tests antigéniques et les frais d’immigration, de douane, et disposer d’un téléphone (à louer au besoin 50 dollars par semaine) capable de communiquer via internet un bulletin de santé quotidien pendant le temps d’une quarantaine et ou du séjour. Bref, moyennant une dépense minimale de 700 dollars par personne, il n’est même pas certain qu’il soit possible de débarquer. La covid est vue comme une opportunité de faire un petit commerce aux dépens de la grande transumance des voiliers, qui arrivent pourtant après une période de confinement absolu à bord! Les Équipages de la Laureline et de Bulle se sont donc résolus à ne pas s’arrêter aux Bermudes, ce sera une traversée de 3 semaines sans arrêt jusqu’aux Açores, en espérant qu’un confinement aussi long sera pris en considération par les autorités portuguaises pour bien vouloir nous considérer indemmes d’infection par le coronavirus…

1 réflexion sur « Avis de grand frais »

  1. Merci pour ces informations sur les frais de navigation car justement je me posais des questions à ce sujet.
    La « voile » est un instrument de liberté immense. L’énergie du vent est nécessaire pour faire avancer le navire et elle est gratuite. Mais bien sûr, il faut avoir avec soi des moyens de paiement pour payer les frais du voyage. Alors comment fait-on ? On emmène un gros paquet de dollars ? Est-ce que l’on peut payer facilement avec une carte bancaire ? Partout ? Visiblement certains pays vous prennent pour des nababs. Bonne continuation et joyeuse fête de Pâques.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close